top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurMarie-Josée Phoenix

Punition ou conséquence?

L'un des rôles des parents consiste à éduquer leur enfant. Bien entendu me direz-vous! Toutefois, plusieurs parents souhaitant encadrer adéquatement les comportements de leur enfant en viennent à se sentir démunis un jour ou l'autre quant à la façon d'intervenir. Les comportements inadéquats doivent être adressés, cela va de soi, mais encore faut-il savoir de quelle façon. Mais quelles sont les différences entre des punitions et des conséquences?


Punitions

Les punitions consistent à infliger une sanction pour un manquement à une règle. Ceci dit, les punitions n'ont pas de lien avec le comportement indésirable adopté et elles se distinguent par leur caractère bien souvent démesuré. La plupart du temps, le parent fait appel à la punition de manière impulsive, lorsqu'il est dépassé par la situation, et sous le coup de l'émotion. Dans un élan de frustration, le parent souhaite alors que l'enfant vive un déplaisir et que cela lui fasse "mal" en quelque sorte, afin que le comportement ne se reproduise plus. À plus long terme, le recours aux punitions a pour effet d'humilier l'enfant, d'éveiller un sentiment d'injustice et de créer de la frustration chez lui. L'enfant pourrait se montrer de plus en plus confrontant et pourrait en venir à adopter des comportements de vengeance. Les familles, prises dans ce cercle vicieux où il y a lutte de pouvoir, assistent fréquemment à une escalade des comportements dérangeants et ils en viennent à appliquer des punitions encore plus démesurées. Tout cela a pour effet de détériorer la relation parent-enfant. Vous l'aurez compris, les punitions ne sont pas souhaitables, elles doivent être utilisées en tout dernier recours et avec parcimonie.


Voici quelques exemples de punitions à éviter:

  • L'enfant n'a pas rangé sa chambre alors le parent le prive de sortie.

  • L'enfant a une attitude désagréable et le parent lui enlève son jouet préféré.

  • L'enfant renverse son verre de lait, parce qu'il bougeait sans cesse à table malgré les avertissements, et le parent retire l'enfant dans sa chambre.

  • L'enfant n'obtient pas un résultat scolaire satisfaisant aux attentes du parent, le parent le prive de jeux vidéos.

  • L'enfant refuse de ranger son jouet et le parent le jette à la poubelle.


Conséquences naturelles ou logiques

Les conséquences permettent à l'enfant de transformer son comportement inadéquat en occasion d'apprentissage. Elles permettent également de responsabiliser l'enfant face à ses choix en assumant les impacts négatifs de ses comportements. La conséquence se veut donc une suite logique au comportement. Certaines conséquences découlent naturellement du comportement de l'enfant sans que l'adulte ait besoin d'intervenir. C'est ce que l'on appelle les conséquences naturelles. Elles représentent bien souvent la meilleure occasion d'apprentissage pour l'enfant lorsque cette conséquence ne menace pas sa sécurité.


Voici quelques exemples de conséquences naturelles:

  • L'enfant refuse de mettre sa tuque et il a froid.

  • L'enfant n'étudie pas et il obtient un mauvais résultat scolaire.

  • L'enfant s'endort trop tard et il est fatigué le lendemain

  • L'enfant veut tout décider avec ses amis et ses amis refusent de jouer avec lui.

  • L'enfant quitte trop tard la maison et il arrive en retard à l'école.

  • L'enfant ne fait pas attention à son jouet et il se brise.

  • L'enfant prend trop de temps à faire ses devoirs et il n'a plus le temps de jouer.


Bien que les conséquences naturelles doivent être priorisées, certaines situations ou certains comportements nécessitent l'intervention du parent. Lorsque les conséquences naturelles sont trop graves ou encore lorsqu'un comportement n'entraîne pas de conséquences naturelles, les conséquences logiques sont de mise et doivent être appliquées avec constance.


Pour être considérée comme une conséquence logique, certains critères sont à respecter:

  1. Être en lien avec le comportement répréhensible.

  2. Être raisonnable et proportionnelle au geste posé.

  3. Être appliquée dans la bienveillance et le respect.

  4. Être donnée suite à une règle connue par l'enfant.

  5. Être annoncée et connue de l'enfant.

  6. Être appliquée lorsque l'adulte et l'enfant sont calmes et disponibles.

Par ailleurs, il pourrait être intéressant comme parent de réfléchir à l'avance aux comportements indésirables de l'enfant afin de prévoir des conséquences logiques qui découleraient de ces comportements.


Voici quelques exemples de conséquences logiques:

  • L'enfant renverse son verre de lait et il doit ramasser son dégât.

  • L'enfant brise le jouet d'un ami et il doit payer l'objet brisé avec son argent.

  • L'enfant est désagréable pendant l'heure du repas et il mange seul au comptoir.

  • L'enfant refuse de faire sa tâche et il se voit retirer l'objet qui le distrait jusqu'à ce qu'il fasse sa tâche.

  • L'enfant manque de respect et il fait une bonne action envers la personne.

  • L'enfant ne respecte pas les consignes pendant une activité et il est retiré de l'activité.

  • L'enfant refuse de ranger ses jouets et il en est privé pour le restant de la journée.

  • L'enfant étire le temps avant de se mettre au lit et il se couche plus tôt le lendemain.


Maintenant que vous comprenez mieux la distinction entre punition et conséquence, n'oubliez pas d'offrir du renforcement positif dans le quotidien avec votre enfant en soulignant ses bons coups, en le félicitant et en vous montrant chaleureux et agréable avec lui lorsqu'il se comporte bien. Cela aura pour effet de renforcer l'estime de soi de l'enfant et favorisera une bonne relation parent-enfant. Rappelez-vous qu'un enfant n'est pas un petit adulte alors ayez des attentes réalistes et gardez en tête qu'éduquer un enfant se fait sur plusieurs années. Soyez indulgent avec vous et avec eux!


Marie-Josée Phoenix, ps. éd.




124 vues0 commentaire

留言


Post: Blog2_Post
bottom of page